From 1 - 10 / 26
  • Localisation des unités de stockage et/ou déchets inertes ainsi que les capacités totales autorisées en 2015.

  • La carte fait état des zones de compétences du Parc national de la Guadeloupe. Ces zones sont : - Zones coeur de parc - Zones classées Aire d'adhésion (AA), - Zone classée Aire marine adjacente (AMA),

  • Les réserves de biosphère sont des zones comprenant des écosystèmes terrestres, marins et côtiers. Chaque réserve favorise des solutions conciliant la conservation de la biodiversité et son utilisation durable. La Réserve de Biosphère de l’Archipel de la Guadeloupe a été désignée par l’UNESCO en 1992. Il s’agit d’une reconnaissance mondiale pour un territoire doté d’écosystèmes de grande qualité. Depuis 2009, le territoire de la réserve de biosphère est composé de 21 communes de l’Archipel. Trois zones indépendantes constituent la réserve de biosphère. L'ensemble couvre près de 77% de la superficie totale de l'île. - Aire centrale : (22 144 hectares) est composée des espaces classés en cœur de Parc : le massif forestier de la Basse-Terre, les îlets Pigeon avec les récifs coralliens qui les entourent, les îlets Kahouanne et Tête à l’Anglais, les cœurs de la baie du Grand Cul-de-Sac Marin : mangroves et marais de Choisy et Lambis, estuaire de la Grande Rivière à Goyaves, îlets Fajou, Christophe, Carénage et la Biche. - Zone tampon (30 506 ha) correspond à des territoires protégés : la forêt départementalo-domaniale non classée en cœur de parc, des zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF), des territoires classés par un arrêté de protection de biotope, des sites classés ou inscrits, des territoires appartenant au conservatoire du littoral ou encore aux domaines publics maritimes terrestres. - Aire de transition (195 318 ha) comprend l’aire d’adhésion et l’aire maritime adjacente du Parc national, qui comprend la zone RAMSAR (Convention de RAMSAR signée par la France en 1986, relative aux zones humides d’importance internationale, particulièrement comme habitats des oiseaux d’eau).

  • Plan local d'urbanisme (PLU) numérisé. Ce lot informe du droit à bâtir sur la commune de PORT-LOUIS. Ce PLU est numérisé conformément aux prescriptions nationales du CNIG.

  • Aléa liquéfaction sur le territoire Guadeloupéen exprimé qualitativement.

  • Les périmètres et zones tampon de 300 m des quartiers prioritaires de la politique de la ville fixés par le décret n°2014-1751 du 30 décembre 2014 pour les département d'outre-mer, à Saint-Martin et Polynésie Française.

  • Délimitation et caractérisation des espaces agricoles - DCEA - en 2010 en Guadeloupe et à Saint-Martin par photo-interprétation par le bureau d'étude SIRS.

  • Inventaire biophysique de l'occupation des sols en 2012 en 50 postes. CORINE Land Cover est une base de données d’occupation des sols produite dans le cadre du programme européen d’observation de la Terre Copernicus. Cet inventaire biophysique de l’occupation des terres fournit une information géographique de référence pour 39 États européens. La continuité du programme et la diffusion des données CORINE Land Cover sont pilotées par l'Agence européenne pour l'environnement. Le producteur pour la France est le Service de l'observation et des statistiques du ministère chargé de l'environnement. L'utilisation de cette base de données permet des applications variées adaptées aux problématiques de l'environnement et à celles de l'aménagement du territoire : production cartographique, exploitation à des fins statistiques ou bien encore analyses géographiques en combinaison avec d'autres bases de données. Outil de connaissance et d'analyse, CORINE Land Cover apporte également une aide à la décision comme instrument de suivi, de surveillance et de gestion de l'environnement, des milieux naturels et de l'aménagement de l'espace. La base de données CORINE Land Cover DOM 2012 a été réalisée à partir de CORINE Land Cover DOM 2006 révisée et de la base des changements 2006-2012.

  • Les périmètres des quartiers prioritaires de la politique de la ville fixés par le décret n°2014-1751 du 30 décembre 2014 pour les département d'outre-mer, à Saint-Martin et Polynésie Française.

  • Cette couche représente le découpage du littoral en unités morphosédimentaires en métropole et sur quatre territoires d'outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Guyane et Mayotte). Ces unités morphosédimentaires ont été définies dans le cadre du projet "Dynamiques et évolution du littoral : synthèse des connaissances des côtes françaises". Les unités morphosédimentaires reposent sur un découpage du littoral en homogénéité de forme, nature et exposition de la côte.